conférence de presse du 16 juillet 2010

Invitation à la conférence de presse du collectif RomEurope de l’agglomération nantaise du vendredi 16 juillet 2010
romeurope.nantes@gmail.com

conference-de-presse-romeurope-nantes-16-juillet-2010


Pendant l’été,
et après le forum mondial des droits de l’homme,
« la chasse aux Roms » est ouverte
[attention, valable sur certaines communes uniquement]


Depuis le début de l’été, nous constatons quotidiennement sur les terrains occupés par les famille
roms roumaines de l’agglomération nantaise, une nouvelle dégradation de l’action de certaines
collectivités locales, particulièrement Nantes, Saint-Herblain, Vertou et Bouguenais.
Dans ces communes, les élus décisionnaires usent maintenant de procédés policiers et juridiques
totalement inadaptés et indignes à l’encontre de ces personnes en très grande précarité, dépourvues de la
culture juridique française (et donc facilement intimidables par le ballet incessant des policiers et des
huissiers), constamment menacées d’être criminalisées pour le simple fait d’exister (stationnement sans
droit sur un terrain, prise d’eau potable ou d’électricité), par des amendes exorbitantes, la confiscation des
quelques véhicules présents, la destruction des caravanes, des obligations de quitter le territoire français.
Il y a sur ces terrains une majorité d’enfants, scolarisés dans les mêmes écoles que nos enfants,
apprenant le même français que nos enfants. Il y a aussi des personnes âgées à la santé fragile. On y
apprend qu’avoir un enfant prématuré en service de néonatologie n’est pas une bonne excuse pour ne pas
être expulsés au loin.
Nous observons, en ce début d’été, le passage insidieux et discret de procédures civiles habituelles
(expulsions des terrains, éventuellement par contrainte policière, après jugement) à des procédures
pénales, voire extra-judiciaires, liées à l’existence même des habitants (habiter, boire, se laver, s’éclairer,
circuler), entraînant leur expulsion à brève échéance du territoire français et la dislocation des projets
d’insertion de ces familles installées depuis plusieurs années à Nantes.
Que pensent les autres élus de cette dérive menée en plein été ? Que tout va bien, car l’année scolaire
est terminée ? Que le ministre Besson a justement besoin de remplir ses objectifs de renvois au pays, car
la fin de l’année approche ? Que le co-développement, c’est exactement s’aligner sur les partis politiques
roumains extrémistes, les plus hostiles aux Roms et à la politique d’inclusion de l’Union européenne ?
Le collectif Romeurope de l’agglomération nantaise demande
– la suspension immédiate des expulsions et le retour à des pratiques juridiques sûres et partagées, il
ne peut y avoir aucune politique de développement local fondée sur le déni d’existence des habitants et
pendant les expulsions d’habitants.
– la tenue, en septembre, d’une table-ronde pour une politique d’insertion des habitants roms de
notre agglomération, avec Nantes Métropole, la préfecture, les mairies, les Conseils général et régional,
les associations et les habitants roms eux-mêmes, qui ne peuvent être infantilisés à vie et tenus
indéfiniment à l’écart de leur propre développement et insertion.
Nous vous invitons à une conférence de presse, le vendredi 16 juillet
à 11 heures, au café le Flesselles. [3, allée Flesselles, à Nantes].
Les documents produits et diffusés par le collectif Romeurope sont disponibles ici :
http://www.romeurope.org/Loire-Atlantique,129.html
Nous pouvons également vous accompagner sur les terrains.
Merci de votre présence.
Le collectif RomEurope de l’agglomération nantaise

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :