où en est-on ? une réunion à saint-herblain ce soir

Quelques nouvelles de la situation dans l’agglomération nantaise, en guise de rappel pour la réunion du collectif Romeurope de Saint-Herblain, ce soir, vendredi 12 novembre 2010, à  20 h 30, au Centre socio-culturel du Soleil-Levant, rue de la Blanche à Saint-Herblain.

Le 27 septembre dernier, le collectif RomEurope de l’agglomération nantaise était enfin reçu en mairie de Nantes par le président de Nantes Métropole et député-maire de Nantes, le président du Conseil Général de Loire-Atlantique, plusieurs conseillers communautaires, dont le député de Rezé/Saint-Sébastien.
Un certain nombre de décisions ont été prises, elles sont résumées ci-dessous.

Comme prévu, les responsables de la communauté urbaine de Nantes ont rencontré les associations travaillant auprès des Roms ce matin en mairie de Nantes. À l’issue de la réunion, Jean-Marc Ayrault a indiqué son intention de solliciter la préfecture pour l’organisation d’une table ronde sur le sujet. Les maires des vingt-quatre communes de Nantes Métropole, le Conseil général ainsi que l’ensemble des associations seront conviés. Par ailleurs, la communauté urbaine se dit prête à accompagner les communes dans leur projet d’intégration de familles Roms tout en développant la coopération autour de projets de vie en Roumanie.

[presse-océan du 27 septembre 2010]

La réunion initiale de la table-ronde devrait se tenir en préfecture au début du mois de décembre, deux mois et demi après son annonce.
En attendant, la situation concrète sur le terrain n’évolue pas ou peu, les délais de plusieurs expulsions se rapprochent, l’hostilité administrative demeure, le froid et la boue arrivent, la plupart des mairies de l’agglomération ne semblent pas avoir entendu le message du 27 septembre ou le réfutent : c’est le cas de la ville de Saint-Herblain, qui exige une action coordonnée et concertée de toutes les communes pour engager une réflexion et une action sur l’accueil des habitants roms résidant sur sa commune.
Vous lirez avec intérêt les deux articles ci-joints [ouest-france du 10 novembre 2010]

actu-novembre2010-saint-herblain

Nous nous trouvons donc dans une situation d’attente, où conditions de vie et conditions politiques nationales se dégradent, un temps suspendu d’instabilité, d’insécurité spatiale et sociale, de scolarisation et de santé fragilisées – dans un moment où l’activisme législatif sarkoziste donne des pouvoirs hors-normes aux préfets pour priver de leurs droits civils et chasser tous les habitants en grande précarité [voir la loi loppsi 2, une arme de guerre contre les habitants précaires].
Dans ce contexte, la situation ne peut connaître aucune évolution ou dynamique positives si l’hostilité administrative et politique des mairies et des maires demeure la règle nantaise, mettant en cause tant la cohésion et la mixité sociales, que l’ouverture internationale et la réputation d’innovation de notre métropole.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :