Breves/ Le Canard social

Roms du quai Wilson : un délai pour éviter une « désintégration sociale »

L’avocate avait demandé six mois de délai avant l’expulsion, elle en a obtenu quatre. Le tribunal de grande instance de Nantes rendait ce vendredi 27 juillet son jugement dans l’affaire qui oppose deux familles roms, l’une d’origine kosovare et l’autre roumaine, au Grand port maritime, propriétaire du terrain occupé illégalement depuis environ deux ans. Les Roms, installés quai Wilson à Nantes, auront jusqu’au 27 novembre pour quitter les lieux. Dans ses motivations, le juge de l’exécution reconnaît que « l’occupation des deux familles se poursuit sans titre ni droit et ne peut se pérenniser au détriment du propriétaire des lieux ». 

Pour autant, poursuit-il, « les valeurs fondamentales du droit au logement et à la dignité humaine impliquent d’assurer à chacun un logement décent en harmonie avec les principes qui fondent l’égalité républicaine. Dans le cas présent, l’éventualité d’une expulsion immédiate des deux familles concernées en dépit de leur situation précaire et de leur volonté d’intégration triplement illustrée par la demande de titre de séjour, la recherche d’un logement social et la scolarisation des enfants présenterait le risque réel d’une désintégration sociale, porteuse de graves dangers. »

 

 

Roms : Droujba dénonce le silence des maires de l’agglo de Clisson

Face aux conditions de vie précaires dans lesquelles se trouvent les deux familles roms d’origine roumaine qu’elle soutient depuis juin 2011, l’association Droujba déplore le silence des maires de la Communauté de communes de Clisson (44). Ceux-ci ont été sollicités en mai par courrier et interpellés lors de diverses réunions, rapporte l’association qui considère être confrontée à « un manque de respect élémentaire ». « Les maires refusent de rencontrer leurs concitoyens qui les interpellent pour faire face à une situation de détresse exceptionnelle. Composée de bénévoles, Droujba ne peut assumer seule cette problématique et demande un soutien solidaire de la collectivité. »

Pour les militants, l’exemple positif de la famille soutenue par la mairie de Clisson ainsi que les expériences menées dans le département (Indre, La Montagne, Couëron, Sainte-Luce, etc.), montre « l’intérêt d’un investissement des collectivités ». « En attendant, conclut Droujba, l’association appelle tous les citoyens à une solidarité accrue avec ces populations, notamment par le soutien sur le logement ou le travail. Toutes les pistes de logement privé ou de terrain, de travail en entreprise ou chez des particuliers nous intéressent. »

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :