Tract Droits des Roms Droits de l’Homme

Les Droits des Roms ? Les Droits de l’Homme !
« Comme les doigts d’une main, aucun de nous n’est semblable à l’autre, nous sommes tous différents ».
Paroles d’habitants roms nantais, avril 2010
Pas plus que les autres habitants, les familles désignées comme Roms qui vivent, pour la plupart depuis au moins 8 ans, sur l’agglomération nantaise, ne constituent une population homogène.
Ce qui les caractérise d’abord est une particularité géographique. Une partie de ces familles est originaire du sud-ouest de la Roumanie, d’autres de Cluj dans les montagnes au nord-ouest du pays.
Dans la majorité des cas, elles quittent la Roumanie, où elles étaient sédentaires depuis plusieurs générations, pour des raisons économiques : elles n’ont plus de travail et sans travail, elles ne peuvent plus vivre. S’y ajoutent les discriminations et le racisme séculaires à leur égard.
Comme tous les citoyens roumains, les Roms peuvent, depuis 2007, circuler librement en Union Européenne sans visa. Les mesures restrictives pour leur accès au travail ont été levées en fin 2013.
La plupart étaient des ouvriers agricoles. Les terres ayant été rachetées par des gros propriétaires européens qui n’ont pas conservé cette main d’oeuvre, elles se sont retrouvées sans emploi et ne demandent qu’à travailler.
Une autre particularité : la migration est familiale : la Roumanie est à 2 jours et demi de la France en voiture. Les allers-retours fréquents les rendent plus visibles.
Sur l’agglomération nantaise, ces familles connaissent diverses fortunes en matière d’ »accueil ». Faute de mieux, certaines occupent illégalement plusieurs terrains. Elles vivent alors dans un état de précarité absolue, parfois sans eau ni électricité, sous la menace d’expulsions à répétition, sans propositions alternatives ou trop limitées. Et c’est ce « pourrissement » qui génère insalubrité, problèmes de voisinage, déscolarisation, stratégies de survie. C’est une question de pauvreté, d’exclusion, et non d’origine ou de culture.
Si la loi protège la propriété et autorise l’évacuation des occupants sans droit ni titre, elle pose aussi le droit à un habitat digne comme la protection des mineurs et des familles. Les pouvoirs publics ont donc la responsabilité de ne laisser personne à la rue sans proposition de prise en charge et d’accompagnement social.
Quand elles ont eu la chance d’être accueillies par certaines communes, il devient possible de scolariser les enfants, chercher du travail, accéder aux soins et construire un projet de vie.
Des associations citoyennes apportent un soutien pour développer échanges et partage, pour favoriser « le bien vivre ensemble », pour changer le regard porté sur ces populations. Le Collectif Romeurope de l’agglomération nantaise, qui les regroupe, a pour objectif de favoriser le respect des droits fondamentaux pour ces personnes et ces groupes : droit au séjour, au travail, à un habitat digne et salubre, à la protection sociale et à la santé, à l’éducation et à la formation. Pour cela, il lutte contre toutes les formes de discriminations et de racisme dont ces personnes sont victimes, tout en visant l’accès au droit commun. Le collectif travaille ainsi à l’intermédiation entre ces populations et les institutions, organismes et collectivités.
Les Droits des plus précaires sont les Droits de tous : les défendre, c’est défendre les Droits de tous.
Collectif Locaux associatifs
4 place de la Manu
44000 Nantes
Agglomération nantaise romeurope.nantes@gmail.com
Le Collectif Romeurope de l’agglomération nantaise est composé
– d’associations de défense des Droits de l’Homme : LDH, MRAP, GASPROM-ASTI
– d’associations humanitaires : Médecins du Monde, CIMADE, CCFD-Terre Solidaire
– d’associations de solidarité : Romsi Indre, Soleil roms Sainte-Luce, Sol’Rom Saint-Herblain, Ame Sam Rezé, Solidaroms Vigneux, Treillières Solidaire, Avec Carquefou, Action Solidaire Orvault, Droujba Clisson, Solida-Roms-Bouguenais, Association Solidaire Roms Nantes Est, Citoyens Solidaires Montaigu, Solidarité Nantes centre, Cell’Accueil, ADIS Sautron, Fraternité couëronnaise.
– ainsi que de citoyens.
Il est indépendant de tout parti politique et non confessionnel.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :