Bouguenais « La vie dans le bourbier »

2 janvier 2012
 Les roues des véhicules éclaboussent tout.
 Il faut faire des grands pas en évitant de tomber.
 Ou prendre le pont de radeaux de matelas.
 Au salon, aujourd’hui, c’est coupe « Breton ».
 J’espère que l’opération bottes n’est pas un échec.
 Je n’ai pas revu le bac jaune.
 Ce midi je l’ai cherché.
 Il n’est pas dans la tranchée
J’avais mis le couvercle jaune debout dans le cady.
Le cady a aussi disparu.
 Plus que les bottes,
c’était une occasion de prise de conscience de la population.
J’espérais surtout une prise de contact des Roms avec la population.
Tout cela a-t-il sombré dans le bourbier ?
 
 

à l’attention des élus

9 septembre 2011

qui disent que les autres ne font rien et que les « roms » les font beaucoup souffrir.

le lien vers les programmes et instruments européens dédiés à l’insertion sociale et urbaine (de l’inclusion) des populations roms en précarité (en deuxième partie de page)

l’annonce d’un nouveau fond créé pour la formation des médiateurs roms

la page du représentant spécial du secrétaire général du conseil de l’europe pour les questions relatives aux roms

il ets possible de questionner et critiquer l’action des institutions européennes, mais faire croire que rien n’existe en terme de projets, de ressources, de réseaux et de financement disponibles à cette échelle, que les collectivités locales sont seules face à la précarité est un mensonge de plus de la part d’élus motivés par d’autres raisons, bien douteuses.


politique migratoire et santé publique, le choix délibéré de nuire ou la fin programmée de l’AME

25 juillet 2011

 

 

Remise en cause de l’accès aux soins pour les étrangers précaires ou illégaux en France.

Dans l’agglomération nantaise, de nombreux habitants précaires roumains renoncent actuellement ou vont devoir renoncer prochainement aux soins médicaux par impossibilité de payer le droit d’entrée individuel (30 + 5 € par adulte et enfant de plus de 6 ans) à l’AME.
Après la bidonvillisation entretenue par les expulsions incessantes, après l’interdiction administrative de travailler, après la stigmatisation publique du plus haut sommet de l’État jusqu’à certains maires, voici la tiers-mondisation sanitaire provoquée volontairement par l’État.
On attend la suite.

le dossier de médecins du monde

A lire ci-dessous, un extrait du rapport au Premier Ministre émis par le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, en date du 5 juillet 2011, et intitulé : Accès aux soins des plus démunis : CMU, ACS, AME, dix ans après, revaloriser et simplifier les dispositifs pour réduire le non-recours à la couverture maladie et améliorer l’accès aux soins des plus démunis, pages 3 à 6. Lire le reste de cette entrée »


expulsion de roms à cluj-napoca, la ville roumaine jumelée avec nantes

20 juillet 2011

Un petit récit extrait d’un rapport d’Amnesty International de juin 2011

 

 

 

 

 

 

 

[…]

Le 17 décembre 2010, les autorités de Cluj-Napoca, troisième ville du pays [jumelée avec Nantes], ont expulsé de force 56 familles roms de la rue Coastei, en centre-ville, où certaines d’entre elles vivaient depuis quelque 25 ans. Vers 6 heures du matin, des agents de police se sont présentés, accompagnés de représentants de la municipalité, et ont informé toutes les personnes habitant cette rue qu’elles devaient déménager leurs affaires avant la fin de la journée, alors qu’elles n’avaient pas été consultées au préalable et qu’aucune autre solution que l’expulsion n’avait été envisagée. Elles n’ont pas eu la possibilité de contester la décision d’expulsion et n’avaient pas reçu de notification écrite ni de préavis détaillé dans un délai suffisant. Les représentants de la municipalité les avaient informées en personne de la destruction de leurs habitations deux jours seulement avant l’expulsion. Quarante familles ont été relogées dans de nouvelles habitations en périphérie de la ville, sur une colline située au-dessus de Pata Rât, un quartier rom existant de longue date et où vivent, dans des conditions déplorables, un millier de Roms. Ces nouveaux logements sont situés près de la décharge municipale et d’une ancienne déchetterie destinée aux produits chimiques. Les 16 autres familles ne se sont pas vu proposer de solution de relogement. Elles ont été Lire le reste de cette entrée »


politiques publiques

7 janvier 2011


Le collectif Romeurope de l’agglomération nantaise a participé à une table-ronde en préfecture jeudi 6 janvier 2011.
Nous diffuserons un communiqué de presse en début de semaine prochaine, après réflexion collective.
Dans cette attente, nous vous proposons de lire l’article paru en novembre dernier dans la revue Place Publique.

article-place-publique-roms-nantes-metropole-nov2010
ainsi que plusieurs articles intéressants sur la sous-utilisation française des fonds européens pour l’intégration des habitants roms précaires.
un article qui reprend les conclusions de la Task force établie par la Commission européenne en septembre dernier sur l’utilisation des fonds européens de la part de 27 états membres de l’Union.
le communiqué sur ce sujet de la Commission en anglais.
un autre article intéressant sur l’utilisation des fonds européens en France pour les roms et les gens du voyage.


suppression des contre-pouvoirs : loppsi 2, la halde, la défenseure des enfants – à qui le tour ?

1 janvier 2011

La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité, plus connue sous l’acronyme de la Halde, a été l’une des premières instances publiques françaises à établir l’état lamentable de la situation des citoyens européens de culture rom vivant en France et à inciter, dans ses recommandations du 26 octobre 2009, le gouvernement à agir pour mettre fin à une situation urbaine inacceptable du point de vue des conditions de vie et du droit des personnes (lire le document complet halde-2009-372). En parallèle des lois d’exception de type LOPPSI 2, le gouvernement supprime ou soumet tous les contre-pouvoirs mis en place par les gouvernements précédents. C’est le cas de la Halde aujourd’hui. C’est aussi le cas de la Défenseure des enfants, qui était également intervenu à de nombreuses reprises contre le non-respect des droits des mineurs étrangers vivant en France. Lire le reste de cette entrée »


gens du voyage français et roms roumains, à propos de discriminations et de mémoires malheureuses

21 décembre 2010

L’amalgame médiatique et politique, juridique et policier, construit cet été par la présidence de la république et les ministres Besson et Hortefeux entre les gens du voyage français (400 à 500 000 personnes selon la FNASAT) et les roms immigrés (originaires principalement de Roumanie et représentant 15 à 20 000 personnes) ne résiste pas à une analyse contradictoire des situations locales et des autres échelles (nationale, européenne), des dynamiques spatiales et sociales de ces personnes, qui partagent une certaine parenté culturelle, mais sont surtout très diverses (comme tout le monde) et profondément inscrites dans leur histoire nationale, française ou roumaine. Gens du voyage et roms roumains partagent surtout une même défiance et une même hostilité administratives à leur encontre. Les évènements de cet été rappellent la puissance des préjugés ethnicisants et du racisme spécifique anti-tzigane, l’anti-tziganisme, en France et en Roumanie, porté par les États et certains courants politiques. Lire le reste de cette entrée »