Roms : Joël Casteix (EELV) réagit

7 décembre 2017

Joël Casteix, porte-parole EELV à Bouguenais

L’écologiste Joël Casteix, maire-adjoint de Bouguenais, réagit à l’expulsion récente des familles Rom.

« Pendant encore combien de temps les communes de l’agglomération vont-elles se renvoyer les familles Rom, qui tournent autour de la métropole depuis quelques années ? La préfète a donc décidé de procéder à l’expulsion du camp de Roms, situe au Moulin-Cassé, avant le début de la trêve hivernale. les élus Europe écologie les Verts (EELV) de Bouguenais dénoncent ce manque de préparation par les services de l’Etat, avant l’évacuation.

Pour autant, nous comprenons le ras-le-bol des habitants proches de ce camp, qui ont subi régulièrement des vols et des violences … les Roms, comme tout citoyen, doivent accepter et respecter les règles et les lois qui régissent notre société, ce n’est pas aux habitants de devoir s’adapter à leur culture et à leur mode de vie. La situation dans ce quartier des Couëts devenait très tendue, il fallait donc trouver une solution. mais l’expulsion est une situation à court terme, qui ne fait que repousser plus loin, et à plus tard, la problématique.

Plutôt que de mettre en place des lois pour permettre aux plus riches de s’enrichir davantage, et plutôt que de supprimer des contrats aidés, le gouvernement serait plus inspiré de donner des moyens aux associations et structures qui accompagnent ces familles errantes. Les communes de l’agglomération ont tout intérêt à prendre les choses réellement en main, pour enfin régler la situation des Roms qui vivent autour de la métropole »

Ouest-France daté du 11 novembre 2017

Publicités

Les Roms de Rezé dans leur nouvelle vie

11 novembre 2017

Trente familles ont quitté, mi-octobre, les deux bidonvilles locaux, pour s’installer dans deux petits camps plus dignes. les enfants sont scolarisés à Trentemoult.

Jour de bonheur pour les enfants Roms, sur un des nouveaux terrains ouverts par la vile de Rezé

Article complet : OF – Rezé – 18 octobre 2017

 


Bidonvilles en France – Etat des lieux

10 novembre 2017

Un état des lieux des bidonvilles en France a été récemment publié par le journal Le Monde, accompagné d’un reportage utile pour mieux comprendre le vécu de ces familles.

« Dans les années soixante, le bidonville est un espace de transition. Aujourd’hui, c’est un lieu de désintégration. »

Le Monde – 571 Bidonvilles ignorés de tous – 20.10.2017


Expulsions avant la trêve hivernale

4 novembre 2017

A la veille de la trêve hivernale qui débute le 1er novembre pour une durée de cinq mois, la préfecture s’affole et évacue les bidonvilles de familles roumaines migrantes, sans solutions de relogement : 50 familles à Bouguenais, 12 familles à Carquefou, 30 familles à Orvault. Ce sont environ 250 personnes dont des enfants en bas âge, des femmes enceintes, des personnes malades qui sont jetées sur les routes de la Métropole. Ce sont des parcours d’insertion, de santé, de scolarisation qui sont mis à mal.

Le collectif Romeurope de l’agglomération nantaise dénonce le coût humain et financier des expulsions sans préparation et sans solution de relogement, particulièrement au moment où la Métropole et l’Etat mettent en place une MOUS (Maitrise d’œuvre Urbaine et Sociale) dans le but de résoudre la question des bidonvilles.

Communiqué Romeurope Nantes Expulsions 2017-10


Les terrains des Roms prêts en octobre

1 octobre 2017

Comme annoncé par la municipalité depuis plusieurs mois, la Ville aménage deux premiers terrains pour accueillir la population Rom dans des conditions décentes. Et la faire sortir, enfin, des bidonvilles tels que celui des Sablières, à Trentemoult.

Rue de la Bauche-Thiraud, le chantier va bon train, sur un terrain de 4.00 m2.

Article complet : OF 2017-09-14 Rezé Terrains Roms


MOUS – Un plan d’action pour les Roms

1 octobre 2017

Un plan d’action a été décidé au niveau de l’agglomération nantaise sous la forme d’une MOUS (maîtrise d’oeuvre urbaine et sociale). L’appel d’offres a été publié en juillet, l’opérateur devrait être connu rapidement. Un financement mutualisé est prévu par l’Etat, Nantes métropole et les vingt-quatre communes qui la composent. Une initiative bienvenue, même si elle ne concernerait dans un premier temps qu’une partie des 2.097 personnes recensées, dont il va falloir maintenant préciser rapidement les modalités de mise en oeuvre.

Article complet : Mous 17aout


Nantes Métropole : un petit début de solidarité

28 juin 2017

Si une commune aménage un terrain d’insertion, la métropole financera 30%. Cet habitat transitoire ne résoudra pas la situation des 1.800 Roms recensés dans l’agglo.

2017-06-28 Solidarité métropolitaine - Photo

Après des années de politique de la patate chaude, les vingt-quatre communes et Nantes métropole semblent vouloir s’engager collectivement dans l’accueil et l’insertion des Roms. Archives Ouest France

Article complet : 28juin – Roms – Solidarité métropolitaine